Vous êtes ici : Le Grenier des Insoumis > L'En-Dehors > L'En-Dehors d'E. Armand > De Casseres : Nocturne


Nocturne

Il fait nuit.

Le voleur, éternel représentant de l'humanité, reprend son poste de guet au coin de la rue.

La prostituée, voyante et sybille, la première-née de Dieu, avive ses lèvres d'une teinte de rouge avant de descendre à la recherche de son repas.

Les cafés, les théâtres, les cinémas, avec leurs milliers de milliers de lumières commencent à marcher à la conquête de cet univers amorphe : l'ennui.

Dans les hôpitaux un vague mal-à-l'aise aiguillonne les corps des patients et les pensées, comme de noirs parasols, s'ouvrent en leurs cerveaux.

Dans des vêtements de soirée impeccables, les millionnaires — ces yoghis de la chair, parcourent de long en large els mille allées des jardins des établissements de luxe à la recherche de leurs ondulants Nirvanas.

Un poète, qui redoute davantage son propriétaire que le Très Haut, allume sa lampe sans abat-jour et commence une ode merveilleuse à la gloire du Renoir des Cieux.

Un mendiant, des yeux duquel la Faim a châtré le courage, demande qu'elle lui paie un café à une riche madame que son courage héro´que a mis pour toujours à l'abri des atteintes de la Faim.

La lune, momifiée dans un éternel sommeil — coprolithe gelé de la terre, — gravit, à l'Orient, les échelons de l'Espace, tel un reptile.

Il fait nuit, et le Cela, le « Ce qui est » aux yeux multiples et auxquels n'échappe rien, s'éveille de sa sieste subtile pour tenir sous sa surveillance le sous-monde des humains.

Benjamin DeCasseres
L'En-Dehors n° 331-332, Juin-Juillet 1939


Vous êtes ici : Le Grenier des Insoumis > L'En-Dehors > L'En-Dehors d'E. Armand > De Casseres : Nocturne