Vous êtes ici : Le Grenier des Insoumis > Bulletin C.L.E. > Berdiaeff : Antinomie de la Personne et de la Société


Antinomie de la Personne et de la Société

L'homme est une valeur plus haute que la Société, la Nation, l'Etat, mais il lui arrive d'être écrasé par la Société, la Nation, l'Etat devenus les idoles du monde objectivé, déchu, de ce monde de la désunion ou les relations sont basées sur la contrainte. Le propre du monde objectivé  et socialisé est d'introduire partout l'ordre, le commandement, l'autorité. C'est là un des aspects de toute conception fondée sur la sociologie. Un autre de ces aspects est de ne voir dans le monde que le travail, et de se représenter le monde et la vie  sociale sur le modèle d'un atelier ou d'une usine.

Mais on oublie souvent qu'une philosophie du travail ne peut être qu'anti-matérialiste, que le travail est d'essence spirituelle et psychique et non pas matérielle comme le voulait Marx. C'est-à-dire que le travail peut servir à constituer non seulement une société, mais une communion. Or, s'il en est ainsi, c'est dans la mesure où le travail représente une qualité de la personne. Dans le communisme il n'y a pas de communion, il n'y a rien de plus qu'une communication  à laquelle on peut donner par force un caractère de communion. L'exploitation de l'homme par l'homme, comme l'exploitation par l'Etat, est la conversion de l'homme en objet. Et l'exploitation de l'homme par l'homme n'est surmontée que par un acte qui découvre le "toi" ; celui-ci ne se révèle ni dans le capitalisme, ni dans le communisme matérialiste.

Aux yeux de la société, la personne dans son existence intérieure, dans son destin unique et irremplaçable, reste toujours irrationnelle. La rationalisation de cette irrationalité est toujours une violence exercée par la société sur la personne. Les personnes peuvent s'unir non  seulement dans les sociétés ouvertes, mais dans les sociétés secrètes: franc-maçonnerie, occultisme. Mais ces unions secrètes n'en restent pas moins socialisées et objectivées: en elles, en dépit d'une plus étroite solidarité, n'apparaît pas davantage la véritable communion; la personne peut même s'y trouver encore plus fortement opprimée et comprimée. L'antagonisme et le conflit de la personne et de la société ne sont surmontés à aucun des degrés de communication qui peuvent exister à l'intérieur des groupes sociaux. Ils appartiennent au tragique éternel de la vie humaine.

Les antagonismes et conflits de classes peuvent être vaincus et surmontés; non l'antagonisme et le conflit de la personne et de la société. Marx n'y voyait qu'un camouflage du conflit des classes. Aussi estimait-il que dans une société sans classe devait disparaître tout conflit de la personne et de la société, la personne devant être socialisée et trouver là sa satisfaction. Mais Marx n'a pas été au fond du problème. A voir les choses plus profondément, c'est le contraire qui est vrai. Le conflit des classes ne faisait que recouvrir le conflit éternel, métaphysique, de la personne et de la société.

Nicolas Berdiaeff
Bulletin du Cercle Libertaire des Étudiants année 1 n°2, mai 1949


Vous êtes ici : Le Grenier des Insoumis > Bulletin C.L.E. > Berdiaeff : Antinomie de la Personne et de la Société